La Libre-Pensée dit « non » au S.N.U.

(page en cours de composition…)

 

En février 2020 a été créé un collectif 54 contre le Service national universel (S.N.U.). La fédération des Libres-Penseurs de Meurthe-et-Moselle a participé à la création de ce collectif. La fédération nationale soutient les actions contre ce S.N.U. et participe aussi à son niveau aux débats et aux actions contre ce S.N.U.

Qu’est-ce que le service national universel (S.N.U.) ?

Le service national universel est proposé à tous les jeunes de 15 à 17 ans mais il a vocation à devenir obligatoire et à remplacer l’actuelle Journée Défense et Citoyenneté. Il est présenté en termes engageants et extrêmement positifs sur le site gouvernemental dédié, images de jeunes gens épanouis à l’appui. Il s’organise en trois temps : un séjour de cohésion de deux semaines, une mission d’intérêt général et un engagement volontaire de trois mois. Ce dernier temps, facultatif et possible entre 16 et 30 ans, semble constituer l’objectif véritable de ce S.N.U. : apporter de nouvelles recrues aux armées, sans rétablir trop manifestement le service militaire supprimé en 1997.

Que promet le gouvernement aux jeunes qu’il enrôle dans ce dispositif ?

Citons le site gouvernemental : https://www.snu.gouv.fr/le-service-national-universel-29


Le Service national universel (SNU) est un projet d’émancipation de la jeunesse, complémentaire de l’instruction obligatoire. Sa mise en œuvre poursuit les objectifs suivants :

  • la transmission d’un socle républicain,
  • le renforcement de la cohésion nationale – qui s’appuie sur l’expérience de la mixité sociale et territoriale comme sur la valorisation des territoires –,
  • le développement d’une culture de l’engagement et l’accompagnement de l’insertion sociale et professionnelle.

À en croire les images et les courtes vidéos diffusées par la propagande gouvernementale, sont promis de joyeux moments de convivialité républicaine, une formation à la citoyenneté comme aux premiers secours, et le développement de nombreuses qualités humaines et citoyennes.

 

 

 

À consulter